Les taux sont au plus bas,
c’est le moment de renégocier !
Renégociez votre prêt

  Comment les banques séduisent-elles les primo-accédants ?

Avec une crise financière qui bouleverse le milieu bancaire depuis 2008,

 

un marché de l’immobilier "atone" et la limitation des aides de l’Etat

(rappelons que le Prêt à Taux Zéro n’est plus éligible dans l’ancien depuis 2012),

 

Comment les primo-accédants peuvent-ils acquérir leur résidence principale ?

 

  Contexte actuel

Les banques doivent aujourd’hui plus que jamais séduire de nouveaux clients

dans un secteur très concurrentiel et également rajeunir leur clientèle.

Le crédit immobilier est le principal levier pour conquérir des parts de marché en période de crise économique…

et elles l’ont bien compris.

 

Le « Primo-Accédant » est typiquement un couple jeune sans enfant en début de carrière, redevable auprès du partenaire qui financera le projet de toute une vie.

En captant cette clientèle de plus en plus tôt, la banque mise sur l’avenir :

 

-          leurs revenus vont augmenter et par là même les flux bancaires ;

 

-          ils auront des enfants et donc ouvrir des livrets d’épargne ;

 

-          faire des travaux dans leur maison, acheter un nouveau véhicule, peut-être une résidence locative...

 

Leur banque les financera et les assurera

 

  Un pari généralement gagnant !

 

  Que peuvent espérer les primo-accédants ?

 

Tout dépend des banques et du pouvoir de négociation du courtier

 

Certains établissements financent 100% du projet et parfois des frais d’actes pour palier au manque d’apport des jeunes couples.

 

D’autres n’hésitent pas à doubler le montant du PTZ dans le neuf à des taux inférieurs à 2% voire à offrir les frais de dossier.

 

Des banques ont également décidé d’accorder de leur côté des enveloppes à taux zéro aux clients… non éligible au PTZ.

 

La liste des avantages accordés à cette typologie de clientèle cible ne cesse de s’allonger.

Bien sûr les établissements bancaires vont exiger des contreparties solides telles que

 

-          La domiciliation de l’intégralité des revenus du ménage,

 

-          souscription à une convention de compte avec carte bancaire, livrets d’épargne, parfois même la souscription de l’assurance habitation, ou de parts sociales pour les banques mutualistes.

 

Mais outre ces offres « 100% marketing », les primo-accédants peuvent avant tout bénéficier de taux excessivement bas.

 

Contrairement aux idées reçues, nul besoin de gagner confortablement sa vie ni de détenir une assurance-vie bien garnie pour bénéficier des meilleurs taux du marché pour son crédit immobilier.

 

 

  Et c’est bien là la principale évolution !

 

Article rédigé par Ludovic THERIC

 

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article

Rédiger un commentaire