Les taux sont au plus bas,
c’est le moment de renégocier !
Renégociez votre prêt

C’est pour répondre à de nouveaux besoins que certaines banques proposent des prêts progressifs.

En effet, nombre de jeunes peuvent prétendre à des évolutions salariales. Ainsi, l’augmentation de leur revenu futur peut être prise en compte dans leur plan de financement. Alors pourquoi limiter leur projet ?

Comment fonctionne le prêt progressif ?

Même si le prêt progressif est encore peu connu, il correspond tout à fait à des ménages qui ont des perspectives d’évolution de leur revenu. En effet, le prêt progressif est un crédit immobilier à taux fixe, dont les mensualités augmentent peu à peu. A la signature du contrat, vous définissez une augmentation des mensualités (entre 1 et 2% par an). Ainsi, vous pourrez alléger vos mensualités dans les premières années de remboursement.

Un prêt progressif pour quels profils ?

Les jeunes avec des perspectives d’évolution de carrière, ainsi que les fonctionnaires, dont le revenu augmente inévitablement chaque année, sont les profils auxquels le prêt progressif peut le mieux correspondre.

Les investisseurs locatifs : les loyers sont indexés sur l’indice de l’INSEE, et vont donc augmenter régulièrement. Pour l’année 2011, cet indice était de 2,11%.

Un exemple en chiffres : Une personne gagne 2 000€ net par mois et souhaite faire un emprunt sur 30 ans. Pour respecter le taux d’endettement de 33%, elle pourra rembourser jusqu’à 660€ de mensualités chaque mois. La banque lui accorde un taux d’intérêt de 4,3%. Avec un prêt classique amortissable, elle pourra emprunter 133 000€. Alors qu’avec un prêt progressif et une augmentation annuelle de 1%, aux mêmes conditions, elle pourra prétendre à emprunter 150 000€.

Ainsi, avec un prix moyen du m² de 2 500€ en France, cette personne pourra acheter un appartement de 60 m² au lieu de 53 m². C’est donc une augmentation de 13%.

Une réduction du coût total du prêt

Etant donné que les mensualités augmentent dans le temps, le prêt progressif sera remboursé plus rapidement qu’un prêt classique. Le prêt progressif peut donc être vu sous deux angles : une augmentation de la capacité d’emprunt ou une réduction de la durée du prêt, et donc du coût total.

Par exemple, pour un emprunt de 150 000€ sur 30 ans à 4,3%, la mensualité d’un prêt amortissable classique est de 740€, et le coût total des intérêts est de 117 000€. En optant pour un prêt progressif, vous allez pouvoir bénéficier d’un taux d’intérêt plus bas puisque l’emprunt est sur une durée moins longue. Ainsi, pour le prêt de 150 000€, le remboursement se fera seulement sur 24 ans, avec un taux de 4%. Le coût total sera alors de seulement 88 000€, soit une économie de 29 000€.

Malgré tout, il faut bien saisir l’augmentation des mensualités. Pour reprendre l’exemple développé ci-dessus, si la mensualité de départ est de 740€, au bout de la 24ème année, elle s’élèvera à 920€. Pourtant, cette augmentation est dérisoire au vu du niveau de l’inflation, qui est largement supérieure à 1% par an en France.

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article

Rédiger un commentaire