Le prêt relais est destiné à apporter une solution aux propriétaires qui souhaitent changer de résidence principale avant d’avoir vendu le bien dans lequel ils résident.

Ce dispositif est basé sur un principe simple: la banque vous avance les fonds sur la future revente de votre bien immobilier.

Ainsi grâce au prêt relais vous pouvez acquérir votre nouveau bien avant même d'avoir revendu l'ancien.

Le capital provenant de la vente du bien immobilier n'étant pas disponible tant que la vente de l'ancien logement n'est pas définitive, les emprunteurs sont confrontés à un problème de décalage de trésorerie. C'est pour résoudre ce problème que les banques ont mis en place le mécanisme des crédits relais en permettant à leurs clients de saisir les opportunités du marché immobilier sans être contraints d'attendre la vente du bien.

Il existe plusieurs manières d’appréhender le crédit relais. Chaque méthode sera plus ou moins adaptée à la situation de l’emprunteur.

La durée maximum d’un prêt relais est de 24 mois. L’objectif étant de prévoir un délai suffisamment long pour réussir à vendre son bien, mais pas forcément d’utiliser ces 2 ans… En effet, la banque laisse 2 ans à l’emprunteur d’un prêt relais pour vendre son bien immobilier en « prévoyant large » par sécurité. Bien entendu, si vous vendez votre bien avant ce terme de 2 ans, vous n’utiliserez pas ces 2 années, et le coût total du prêt sera automatique réduit à l’utilisation réelle que vous aurez fait de ce prêt.

Exemple : Vous vendez au bout de 4 mois d’utilisation du prêt relais au lieu des 24 mois prévu initialement, Vous ne payerez que 4 mois d’intérêt. Dès le remboursement du capital du prêt, vous n’êtes plus redevable d’intérêt.

Si vous n’avez pas vendu au terme des 24 mois… Posez-vous les bonnes questions : votre bien n’est-il pas surestimé ? Ne faudrait-il pas conserver ce bien et le louer ? De multiples raisons peuvent retarder la vente d’un bien, mais si vous avez un prêt relais depuis 24 mois, son utilisation devient couteuse. Il existe cependant des solutions pour ces rare cas précis.

De manière générale, les banques prêtent 70% de la valeur du bien faisant l’objet du prêt relais, déduction faite, le cas échéant du capital testant du de prêt en cours sur ce même bien. Cet « abattement » permet de prévoir une baisse éventuelle du prix de vente, ainsi que de payer le « coût » du prêt relais.

Exemple : Vous vendez votre appartement 200 000 € et il vous reste un capital restant du de 50 000 € ? Le montant de votre prêt relais sera le suivant : (200 000 * 70%) – 50 000 = 140 000 – 50 000 = 90 000 €.

Quand le prêt relais est suffisant pour acquérir le nouveau bien (cas où la valeur du nouveau bien serait inférieure à celle du bien vendu, ou encore si l’emprunteur a un apport personnel permettant de compléter son besoin de financement), on parle de prêt relais sec. La réponse à son besoin passe par un crédit de très courte durée.

Intéressant à savoir, vous pouvez choisir de payer les intérêts de votre prêt relais chaque mois (différé partiel), ou de ne les payer qu’au moment de la vente de votre bien. On appelle cette période un « différé total d’amortissement ».

Dans le cadre du prêt relais classique, cette période de différé total permet d’alléger l’endettement de certains clients car rappelons-le, dès que l’emprunteur assigné l’acte de d’achat de son nouveau bien il sera redevable à la banque de :

  • L’échéance du prêt de son premier bien
  • La nouvelle échéance du prêt de sa nouvelle acquisition
  • L’échéance du prêt relais (si il ne choisi pas de différé total)

Heureusement, afin de vous éviter de trop lourdes charges pendant cette période, il y a d’autres montages possibles qui vous permettront de pouvoir réaliser votre projet immobilier. Certains établissements bancaires permettent le rachat du capital restant du de votre premier prêt immobilier, voire même aussi de vos prêts à la consommation.

N’hésitez pas à venir rencontrer un courtier du réseau vousfinancer.com afin d’étudier votre projet avec lui !