Le TEG est un taux d’intérêt qui représente le taux réel du prêt. Il a été mis en place par le législateur dans l’objectif de créer un élément de comparaison « incontestable ». Aussi il se doit d’être indiqué dans toute proposition de prêt au particulier.

Le TEG représente en effet le coût réel du prêt puisqu’il intègre tous les éléments qui composent le « coût » du prêt :

  • Le taux d’intérêt du prêt ou taux d’intérêt nominal
  • Les frais de dossier
  • Les primes d’assurance
  • Les frais de garantie
  • Les commissions des intermédiaires

Le TEG ne peut pas cas dépasser le taux d’usure (taux plafond fixé par la Banque de France par catégorie de prêt).

Si le TEG est un excellent indicateur, il ne suffit pas à comparer deux propositions puisque celui-ci ne tient pas compte d’éléments « qualitatifs » comme la souplesse du prêt (modularité) ou l’exonération d’Indemnité de Remboursement anticipé.

Cet indicateur n’est juste qu’à condition de ne pas modifier le contrat de prêt initial (ni modulation d’échéance, ni remboursement anticipé). Aussi, si le client a pour objectif de ne pas aller au terme du contrat ou même de simplement le modifier, le TEG calculé initialement ne sera plus valable.

L’impact des frais de dossier, ou des honoraires de courtage peut être aussi important car ils sont « exigibles » immédiatement, alors qu’ils peuvent avoir en réalité un faible impact sur le cout total.

Les honoraires de courtage doivent absolument être intégrés au calcul du TEG. Le cas échéant, un emprunteur pourrait contester le calcul.