Qu’est-ce qu’un compromis de vente entre particuliers et sous seing privé ?

Vous souhaitez concrétiser un achat immobilier dans les meilleurs délais. Vous avez donc opté pour la signature d’un compromis de vente entre particuliers, dit sous « seing privé ». Moins protecteur qu’un compromis régi par un acte notarié, ce type de contrat d’avant-vente d’un bien exige une vraie connaissance de l’immobilier et des précautions à prendre pour réussir son achat.

VousFinancer vous détaille les éléments à prendre en considération avant de vous engager.

Qu’est-ce qu’un compromis de vente immobilier entre particuliers ?

Le compromis de vente entre particuliers, également appelé compromis « sous seing privé», est un avant-contrat de vente d’un bien immobilier, comme une maison, un appartement, un terrain... Cette promesse réalisée sans notaire assure au vendeur et à l’acquéreur la concrétisation de la vente d’une propriété selon les conditions qu’ils auront eux-mêmes fixées.

Ce compromis de vente entre particuliers et, selon l’accord passé entre les deux parties, peut donner lieu au versement d’un acompte sur le compromis directement versé au vendeur. Son montant varie entre 5% et 10% du montant du bien, voire moins.

Bon à savoir :

En raison d’oublis possibles d’un certain nombre de documents, ayant pour conséquence de rendre la vente caduque, il est fortement conseillé de s’appuyer sur l’expertise d’un agent immobilier pour réaliser son compromis « sous seing privé ». Ce professionnel, au métier encadré par la loi Hoguet, effectuera l’ensemble des démarches légales pour rendre valide votre démarche.

Quel est l’avantage d’un compromis de vente immobilier entre particuliers ?

Le compromis de vente entre particuliers permet d’accélérer le processus de vente. En effet, il est souvent difficile d’entamer la transaction en raison des délais d’obtention d’un rendez-vous chez un notaire, ces derniers pouvant parfois être longs.

Cependant, le compromis sous seing privé est à rédiger par les deux parties. Il est donc nécessaire de connaître les détails à y mentionner ainsi que l’ensemble des documents obligatoires à joindre en annexe. À défaut, la vente pourrait ne pas se faire…

Quels sont les points de vigilance à observer avant de signer ?  

En raison de l’absence de notaire, le compromis de vente entre particuliers et ses clauses suspensives sont donc rédigés par l’acheteur et le vendeur. S’ils le préfèrent, il leur est possible de se faire aider par un agent immobilier ou se procurer des modèles de contrats qui, dans bien des cas, n'incluent pas toutes les clauses adaptées à la situation de chacun.

Quel que soit le mode rédactionnel retenu, et conformément à la loi ALUR de 2014, le compromis de vente doit intégrer le DDT et les clauses suspensives en annexe.

1. Le Dossier de diagnostics techniques (DDT)

Le DDT (Dossier de diagnostics techniques) comprend le diagnostic énergétique, assainissement, plomb, amiante, termites, mérule ; études de sol et des risques de pollutions ; superficie… Si le bien est dans un immeuble en copropriété, les documents en rapport avec l’organisation de celle-ci et son état doivent également être remis à l’acquéreur.

En cas d’oubli de l’un d’entre eux, le compromis de vente, même réalisé sous seing privé, n’est pas valide, retardant ainsi davantage sa signature. Dans le pire des scénarios, si le compromis de vente est signé et qu’un vice caché apparaît, une assignation en justice du vendeur peut être faite par l’acheteur pour annuler la vente ou réviser le prix du bien.

2. Les clauses suspensives

Chaque compromis de vente contient des clauses suspensives qui prévoient des situations permettant de définir les conditions nécessaires à la concrétisation de la vente définitive, comme l’obtention d’un prêt immobilier, la situation hypothécaire du bien, l'absence d'utilité publique ou la renonciation au droit de préemption d’une collectivité.

Si l’une d’entre elles n’est pas remplie, la vente ne peut pas aller au bout de son processus et l’acompte versé (séquestre) est restitué à l’acquéreur.

Dans ce contexte et au regard des grosses difficultés qui peuvent surgir dans la rédaction du compromis de vente sous seing privé, il est préférable de s’en remettre à un notaire, dont les conseils sont particulièrement précieux pour la rédaction d’un compromis : la transaction est ainsi sécurisée et les deux parties protégées.

 

Pour conclure, si le compromis de vente entre particuliers est possible, la vente définitive est obligatoirement encadrée par un notaire. En effet, outre la collecte des taxes pour l’État, cet officier ministériel, garant de l’authenticité de l’acte, se charge de l'enregistrement de la vente auprès du cadastre et de sa ratification auprès des services de la publicité foncière. C’est pourquoi, opter pour le recours à ce professionnel dès le début de la transaction est bien plus judicieux.