Boursorama, Immobilier : Emprunter sur 30 ans ne serait pas rentable

D'après le coutier en crédit immobilier en ligne Vousfinancer.com, les durées de prêt de 25 à 30 ans ne permettra pas d'accroitre la capacité d'emprunt, ni de baisse de mensualité.En effet, le fort recul des taux en crédit immobilier est surtout marqué sur les durées courtes. Sur 25 ans, les taux sont compris entre 2,70% et 3,20%, alors que sur 30 ans, ils varient entre 3,80% et 4,30%.

Source

Le Figaro, Immobilier : les villes où l’on peut emprunter à moins de 2%

Il y a quelques jours Le Figaro Immobilier vous expliquait pourquoi les taux de crédit immobilier sont loin d'être identiques partout en France. En moyenne, on emprunte à 2,10% sur 15 ans, 2,40% sur 20 ans, 2,85% sur 25 ans, et 3,10% sur 30 ans. Mais dans certaines villes, les taux descendent désormais en deçà de 2%! Selon notre contenu interactif, réalisé grâce aux données recensées par le courtier en ligne VousFinancer.com, on se rend compte qu’il y a des villes concernées partout en France. Nous en avons sélectionnées une vingtaine.

Source

20 Minutes, Banque : Le PEL est-il encore un bon plan ?

Si vous avez un projet immobilier à moyen ou long terme, attendez plutôt le 1er février pour ouvrir votre PEL. «L’écart de rémunération n’est finalement pas si énorme, alors que le gain sur le futur prêt est vraiment important, puisqu’il passe de 4,20% à 3,20%», explique Sandrine Allonier.

Source

Le Figaro, Banque : La BCE injecte au moins 1100 milliards pour aider la zone euro

Jérôme Robin, président fondateur de Vousfinancer.com, réagit au plan de la BCE. « Ces mesures non conventionnelles ont pour objectif d'injecter de l'argent dans l'économie des pays concernés par les achats de dettes et d'inciter notamment les banques à prêter. Il y aura donc un effet sur l'offre de crédit et indirectement, via la baisse des taux d'emprunt d'Etats engendrée, sur les taux des crédits. Mais en France, les banques prêtent déjà des volumes importants à des taux très bas. Les conditions d'emprunts exceptionnelles vont donc perdurer avec encore un léger potentiel de baisse de taux. En réalité, il y a davantage un manque de demande que d'offre... Seul un retour de la croissance et de l'emploi pourra redonner du dynamisme et de la confiance au marché immobilier et pour cela la BCE ne peut agir seule.»

Source

Gestion de Fortune, Immobilier : Pourquoi les taux fixes ne vont pas disparaître en 2015 ?

D’après le comité de Bâle, dont la mission est d'assurer la stabilité et la régulation du système financier mondial, le niveau très bas des taux fixes crée un risque porté par les banques en cas de remontée. En effet, les banques prêtent actuellement à 2,35 % en moyenne et se refinancent à court terme à des taux quasi nuls. « En cas de remontée des taux Euribor ces prochaines années, les banques pourraient être amenées à se refinancer à des taux supérieurs aux taux des crédits immobiliers qu’elles auront déjà accordés et auxquels seront adossées ces nouvelles ressources… Proposer des taux révisables dont l’évolution est liée aux index Euribor permettrait de transférer ce risque aux emprunteurs, mais non sans conséquence… », explique Jérôme Robin, président fondateur de Vousfinancer.com.

Source

L'Obs, Banque : Le taux du livret A maintenu à 1% début février

Au regard des conditions actuelles d’emprunt, avec des taux de crédit immobilier historiquement bas, le taux du prêt épargne logement n’est pas particulièrement intéressant. "Mais ce taux est figé dans le temps, quelle que soit l’évolution future des taux de crédit. Ainsi, en cas de remontée des taux à moyen terme ou long terme, détenir un PEL peut être un bon moyen d’emprunter à un taux qui du coup sera relativement bas, rappelle Sandrine Allonier, responsable des relations banques du courtier VousFinancer.

Source

Que Choisir, Immobilier : La chasse au meilleur crédit

C’est toujours l’excellente nouvelle de ces deux dernières années : jamais les taux pratiqués par les établissements bancaires n’ont été aussi bas depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale… Reste encore à faire accepter son dossier de crédit.« Un jeune couple de moins de trente-six ans, en CDI avec 2 000 euro de revenus chacun par mois, a les plus grandes chances aujourd'hui d'obtenir un prêt immobilier » , souligne Sandrine Allonier, de vousfinancer.com. Ainsi, s'il reste très difficile pour les primo-accédants d'acheter aujourd'hui, c'est plus en raison de prix immobiliers très dissuasifs que de difficultés de financement.

Source

Les Echos, Crédit Immobilier : Les jeunes peuvent-ils encore emprunter ?

Même avec des taux au plancher, les jeunes ménages peinent à financer leur premier achat immobilier. Mais des solutions existent. Les explications de Vousfinancer.com.La poursuite de la baisse des taux conjuguée à celle des prix ont redonné un peu d’oxygène aux jeunes ménages désireux de réaliser leur premier achat immobilier. « Les primo-accédants sont légèrement revenus sur le marché en 2014 grâce notamment au niveau historiquement bas des taux de crédit qui a permis une hausse de leur capacité d’emprunt », relève ainsi le courtier en crédit immobilier Vousfinancer.com.

 

Source

Le Figaro, Immobilier : Il est de plus en plus difficile d'acheter son premier logement

Les primo-accédants, autrement dit, les personnes achetant un logement pour la première fois, sont les principales victimes des prix de la pierre élevés. «Leur part sur le marché immobilier n'a cessé de chuter depuis 2011 et la fin notamment du prêt à taux zéro dans l'ancien. Ils représentaient alors 55 % de nos clients et ils ne sont plus que 35 % cette année», constate Jérôme Robin, président du courtier en crédits immobiliers Vousfinancer.com.

Source

L'Obs, Immobilier : Les petits cadeaux des banques pour les jeunes emprunteurs

Pourtant, les banques cherchent toujours de nouveaux clients et misent sur le crédit immobilier pour les attirer. "C’est un bon moyen pour fidéliser des clients à long terme, explique Jérôme Robin, président du courtier VousFinancer.com. Ils peuvent ensuite être équipés en cartes bancaires, assurances, placements…"

Source